Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Trajet Paris-Toulouse en vélo

Trajet Paris-Toulouse en vélo

Objectif initial : Paris-Toulouse en solitaire en vélo

Etape 3 avortée, résumé et décryptage de l'échec

Réveil à 6h30 difficile ce matin... J'ai du mal à me lever, je suis fatigué. Je finis par descendre prendre le petit déjeuner à 7h30 et prends la route vers 8h00.

Le début de la route n'est pas agréable : grosse départementale assez fréquentée, je roule sur un piste "cyclable" avec des trottoirs assez importants tous les 10m... Je quitte la départementale assez fréquentée pour en rejoindre une qui longe l'autoroute.

La douleur démarrée la veille dans le genou se réveille alors. La route n'est pas très intéressante, les montées/descentes s'enchaînent avec le genou douloureux et le moral n'y est pas. Je roule en mode économie d'énergie avancée : je ne pédale pas dès que le moindre faux plat descendant arrive et pédale à vitesse réduite pendant les montées.

La douleur au genou ne veut pas partir et l'envie de rouler disparait peu à peu. Je me rends compte à quel point rouler seul est éprouvant, tant physiquement que mentalement. Personne pour nous soutenir, discuter et penser à autre chose. Je longe l'autoroute, croise une voiture et un bus de temps à autre. Le temps est toujours très long, je n'arrive plus à pédaler avec envie, mon genou est toujours douloureux.

J'arrive à Argenton-sur-Creuse et sur un coup de tête je regarde s'il y a une gare. Il y en a une, à laquelle je file et j'arrête la mon périple.

L'échec n'est pas très agréable, mais je suis finalement assez soulagé de m'arrêter : mal de genou et surtout je n'arrive pas à trouver la motivation de continuer. J'ai véritablement sous-estimé la fatigue musculaire et morale. En roulant seul, on alterne des moments de bonne humeur avec des périodes d'ennui et de lassitudes assez fort... On envisage même toutes les possibilités : "Un bus ?! je vais m'y accrocher" ou encore "Bon j'en ai marre je m'arrête et j'attends que quelqu'un me prenne en stop".

Le bilan est malgré tout plutôt satisfaisant, étant donné que je n'avais fait des distances aussi longues en vélo ! Je n'ai pas pu aller jusqu'à Toulouse, mais j'ai quand réussi à aller jusqu'à Argenton, soit un total de 300 km en 3 jours !

A retenir pour la prochaine fois : trouver un compagnon de route, et prévoir quelques journées de repos en plus ! Mais aussi refaire des trajets plus courts : Paris-Normandie, Paris-Brillac ou encore Paris-Fouras... Et en préparant mieux les itinéraires : fini les traversées de forêts !!!

Gare d'Argenton...

Gare d'Argenton...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Hadrien 29/09/2015 22:52

Bravo Clément ! J'ai beaucoup aimé le détail de tes journées et le recul que tu prends dessus ! On se fera un Paris Normandie ensemble si tu veux, à condition que tu prennes ton fixie :p

Kevin 01/10/2015 19:20

Oublie pas que tu pourras toujours faire une étape à Orléans ^^